Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog du café repaire de Metz

Idée initiale de Daniel Mermet dans son émission "là-bas si j'y suis", le café-repaire est un lieu de débat citoyen ; les participants, sur un thème donné, échangent des points de vue, des infos, des idées,... - - * * * * * - - À Metz, le rendez-vous est fixé chaque 6 du mois à 6 h (de l'A.M.), sauf si dimanche ou jour férié, au bar "Le Shannon", 19 avenue Robert Schuman - 1er étage, prendre sa consommation au bar. - - * * * * * - - Notre devise : "droit à la parole, devoir d'écoute" - - * * * * * - - VOUS ÊTES TOUS LES BIENVENUS !

Le rendez-vous du mois de février 2017

Publié le 8 Février 2017 par leRepaire in le rendez-vous du mois

Le rendez-vous du mois de février 2017

ON SÈME SA ZAD ... ET .... ON LA DÉFEND

Merci beaucoup à Camille d'avoir fait le chemin depuis la ZAD de Notre Dame Des Landes jusque Metz pour nous apporter son témoignage sur la vie au quotidien des opposant(e)s résidant sur place.

************

Faisons d'abord un bref état des lieux.

La ZAD est un vaste territoire de 9 kilomètres de long sur une moyenne de 3 kilomètres de large - Pour en faire le tour à pied, il faudrait donc parcourir 24 kilomètres.

Cela représente plus de 2 000 hectares, dont 1 600 cultivables.

Le paysage est varié : champs cultivés, prairies, forêts, bocages, nombreux hameaux dispersés, ...

Avant , il y avait environ 50 opposants sur place.

Ces premiers opposants, venus principalement de squatts de Rennes, avaient été invités là par les paysans sur place qui voulaient résister à la réquisition de leurs terres. Il étaient environ 50 ; grâce à ("à cause de" diront certains)  la fameuse opération "César" lancé par le gouvernement en 2012, il y en a maintenant entre 180 et 200.en permanence.

Ce n'est pas que sur ce point que "César" a été une réussite (pour les opposants, évidemment, car, pour le gouvernement, ce fut un lamentable fiasco) ; cela a déclenché une vaste mobilisation nationale et même internationale qui ne demande qu'à se réveiller à la plus petite velléité de l'État de récidiver la moindre tentative d'expulsion.

Et tout le monde sait à la ZAD que si "César" a été vaincu c'est au moins autant grâce aux soutiens de "l'arrière" que de la pugnacité* des défenseurs de barricades.

Des personnes sont venues apporter de la nourriture malgré les barrages de police, malgré le risque de se faire arrêter, marchant des kilomètres dans la boue en portant leurs charges.

*Pugnacité qui n'empêche pas la poésie :

https://www.youtube.com/watch?v=9NoUP-2-4bE


 

Le rendez-vous du mois de février 2017

***************

Sur la première carte ci-dessous, les parcelles en rouge sont celles occupées par les opposants.

CLIQUER SUR LES CARTES POUR LES AGRANDIR.

Le rendez-vous du mois de février 2017
Le rendez-vous du mois de février 2017Le rendez-vous du mois de février 2017

************

Passons sur l'historique du projet de nouvel aéroport (qui remonte à 1969 !!!), sur les points plus que douteux des arguments des pro-aéroport, sur les aberrations du PPP (partenariat public privé) signé par les autorités avec Vinci, sur les évidents conflits d'intérêts,... tout cela a été dit et redit et re-redit - il suffit de quelques clics sur internet pour se les remettre en mémoire.

************

http://zad.nadir.org/spip.php?article86&lang=fr

************

PARTIE I -

ON SÈME SA ZAD...

Les opposants se sont organisés pour vivre leur quotidien du mieux possible et intelligemment.

Cela commence par la nourriture et par le "logement".

Ils s'improvisent (ou certains l'étaient déjà) cultivateurs, éleveurs, boulangers, fromagers, bâtisseurs, gestionnaires, .... avec succès.

Tout est partagé, la nourriture comme les savoirs... et les activités.

Tout est discuté et décidé ensemble, une réunion de définition et d'organisation des tâches a lieu toutes les 6 semaines.

Tout cela est fait sans aucune volonté de rentabilité, sauf assurer le nécessaire et un minimum de confort, c'est proprement libératoire par rapport à notre société de consommation et de "compétitivité".

Il y a un pot commun et l'argent va où il y en a besoin (réparation d'outils ou de machines, achat de graines, entretien des locaux, etc...)

Chacun donne ce qu'il peut, ce qu'il veut quand il vient chercher de la nourriture et des fêtes sont régulièrement organisées, très bon moyen de faire entrer de l'argent dans les caisses quand elles sont presque vides.

Une maison plus confortable, "la Smala", accueille les parents avec enfants - une autre, la "youpi youpi", est dédiée à des personnes de passage ayant besoin de quelques jours ou semaines de répit avant de repartir.

Le rendez-vous du mois de février 2017Le rendez-vous du mois de février 2017
Le rendez-vous du mois de février 2017
Le rendez-vous du mois de février 2017Le rendez-vous du mois de février 2017

CLIQUER SUR LES IMAGES POUR LES AGRANDIR

**************

Réalisations et projets à venir en pêle-mêle :

Initiation à l'auto-défense, bibliothèque, équipe "médic", construction de locaux supplémentaires (conserverie, auberge, salle de banquet, ...)

************

PARTIE I I -

... ET ON LA DÉFEND

 

Cette vie bucolique n'empêche pas de rester sur ses gardes. C'est vital.

Un système de surveillance efficace est en place. Des guetteurs informent de tout ce qui paraît être une menace. Chacun à leur tour, des opposants sont désignés lors des réunions d'organisation et reçoivent simultanément sur leurs portables les messages de signalement d'événements suspects.

Nul ne peut entrer sur la ZAD sans être très vite repéré.

Depuis avril 2013, une directive officielle empêche, "pour leur sécurité", que des policiers y pénètrent. Un jour, certains d'entre eux, s'étant perdus (?), ont franchi la limite de la ZAD - en quelques minutes, ils se sont vus entourés de plusieurs dizaines d'opposants qui les ont simplement escortés jusqu'à la sortie.... peut-être ne se sont-ils pas vantés de leur "exploit" auprès de leur hiérarchie.

Une autre fois, c'est un groupe d'étudiants d'Angers venu "étudier" la possibilité de transfert de la biodiversité du lieu vers un autre endroit qui se sont très rapidement vus gentiment reconduits hors du territoire occupé.

Il existe également une radio qui, en cas de besoin, alerte tout le monde - http://zad.nadir.org/spip.php?rubrique71&lang=fr

Il est recommandé à tous les opposants de ne pas s'éloigner des zones de vie sans se munir d'une radio.

Naturellement, il n'y pas qu'à la ZAD qu'on peut l'écouter (voir lien ci-dessus).

 

Le rendez-vous du mois de février 2017
Le rendez-vous du mois de février 2017

CLIQUER SUR LES IMAGES POUR LES AGRANDIR

Et en interne ? Il peut y avoir également des problèmes.

Oui, il arrive que les résidents de la ZAD soient confrontés à des problèmes de violence, de bagarres, de venue de personnes un peu... limites (par exemple, des dealers de drogue).

Y a-t-il une "police" ?

Non, il n'y a pas de "police".... surtout pas.

Avec l'expérience, la gestion de ces situations difficiles est de plus en plus efficace et bien traitée.

Là ou avant, il pouvait y avoir expulsion pure et simple, il y a discussion, prise de conscience, apaisement, concertation,.... et si cela ne suffit pas, éloignement provisoire du ou des fâcheux.

Si le problème est sérieux, en plus des réunions mensuelles (des diverses associations comme ACIPA, Copain 44, ADECA,...) et bihebdomadaires ("sème ta ZAD",...), il y a réunion exceptionnelle avec un groupe de médiation.

Y a-t-il une "charte" ?

Non.

Il y a des ententes tacites ou écrites, il y a plusieurs groupes et chacun respecte les différentes façons de voir des autres.

Un exemple : les non-végétariens acceptent que, lors des repas en commun, il y ait un plat principal végétarien et de la viande seulement en option.

************

À écouter ce témoignage, une évidence s'impose à l'esprit : loin d'être le chaos, l'anarchie est une organisation intelligente, une construction incessante.

************

 

 

Le rendez-vous du mois de février 2017

************

PARTIE I I I -

ET L'AVENIR ?

Il est raisonnable de penser que l'aéroport ne se fera pas, même si ce n'est pas une certitude.

Des politiciens se sont déclarés contre.... mais ils ne sont malgré tout pas pour un maintien des actuels opposants sur la zone.

************

Voici en 6 points la volonté des résidents de la ZAD :

"1 - que les habitants, propriétaires ou locataires faisant l'objet d'une procédure d'expropriation ou d'expulsion puissent rester sur la zone et retrouver leurs droits.

2 - que les agriculteurs impactés, en lutte, ayant refusé de plier face à AGO-VINCI, puissent continuer de cultiver librement les terres dont ils ont l'usage, recouvrir leurs droits et poursuivre leurs activités dans de bonnes conditions.

3 - que les nouveaux habitants venus occuper la ZAD pour prendre part à la lutte puissent rester sur la zone. Que ce qui s'est construit depuis 2007 dans le mouvement d'occupation en terme d'expérimentations agricoles hors cadres, d'habitats auto-construits ou d'habitats légers, de formes de vies et de luttes, puisse se maintenir et se poursuivre.

4 - que les terres redistribuées chaque année par la chambre d'agriculture pour le compte d'AGO-VINCI sous la forme de baux précaires soient prises en charge par une entité issue du mouvement de lutte.... Que ce soit donc le mouvement anti-aéroport et non les institutions habituelles qui détermine l'usage de ces terres.

5 - que ces terres aillent à de nouvelles installations agricoles ou non, officielles ou hors cadre et non à l'agrandissement

6 - que ces bases deviennent une réalité par notre détermination collective. Et nous porterons ensemble une attention à résoudre les éventuels conflits liés à leur mise en œuvre.

Nous semons et construisons déjà un avenir sans aéroport dans la diversité et la cohésion. C'est à nous tous, dès aujourd'hui, de le faire fleurir et de le défendre."

 

************

Pour finir, une vidéo à voir : construire la ZAD, le film (25 minutes)

https://www.youtube.com/watch?v=CjTfxgHkmXA

Commenter cet article