Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog du café repaire de Metz

Idée initiale de Daniel Mermet dans son émission "là-bas si j'y suis", le café-repaire est un lieu de débat citoyen ; les participants, sur un thème donné, échangent des points de vue, des infos, des idées,... - - * * * * * - - À Metz, le rendez-vous est fixé chaque 6 du mois à 6 h (de l'A.M.), sauf si dimanche ou jour férié, au bar "Le Shannon", 19 avenue Robert Schuman - 1er étage, prendre sa consommation au bar. - - * * * * * - - Notre devise : "droit à la parole, devoir d'écoute" - - * * * * * - - VOUS ÊTES TOUS LES BIENVENUS !

Le R.V. du mois de septembre 2015

Publié le 7 Septembre 2015 par leRepaire in le rendez-vous du mois

synthèse de la séance du 6 septembre 2015

synthèse de la séance du 6 septembre 2015

Ce mois de septembre, le 6 tombe un dimanche, jour où, sauf exception, les participants sont moins nombreux ; c'est dommage car le débat est fort intéressant.

Gratuité de l'école et fermetures de classes, premier débat dans le cadre du fil rouge de la saison 2015-2016 «les citoyens se mêlent des affaires de la cité».

Première partie : où l'on voit que de simples citoyens peuvent devenir des «experts» sur un dossier.

En France, l'école est obligatoire, de 6 à 16 ans et, c'est inscrit dans la constitution, elle doit être « neutre, laïque et GRATUITE » ; la loi le garantit.

En ce qui concerne la gratuité, est-ce vraiment effectif ?

Des membres du mouvement citoyen «BASTA» se sont penchés sur ce sujet.

Le collège étant du ressort du conseil départemental et le lycée celui du conseil régional, nous nous intéressons ici aux écoles maternelles et primaires, du niveau de compétence de la municipalité et de celui de « veille citoyenne » de BASTA.

Afin d'être efficace, il faut d'abord monter un dossier, faire une enquête.

Ce qui est à la charge de la municipalité, en plus d'assurer la gratuité à chaque élève : frais de fonctionnement des bâtiments, salaires des personnels autres que les enseignants rémunérés par le ministère de l'Éducation Nationale.

Sauf à de rares exceptions, les parents d'élève(s) reçoivent une liste de fournitures à acquérir avant la rentrée. Qu'en est-il alors de la gratuité garantie par la loi ?

Certains peuvent répondre : « ben... l'allocation de rentrée, elle sert à payer ces fournitures, non ? »

Non, l'allocation de rentrée est soumise à conditions, la gratuité, elle, est inconditionnelle, c'est la loi qui le veut ainsi – l'allocation aide les moins aisés à couvrir d'autres frais (les enfants grandissent et ils ne s'habillent, ni ne se chaussent d'un écran plat,,, sauf si ça venait à être à la mode, sait-on jamais).

La municipalité consacre un budget aux écoles maternelles et primaires, puisque cela fait partie de ses missions républicaines. Celle de Metz accorde ainsi une ligne de crédit de 34,39 euros par enfant scolarisé à chaque école maternelle, 38,20 euros par élève à chaque école primaire et 44,83 euros par enfant en difficulté admis dans une école spécialisée.

Ces lignes budgétaires sont mises à disposition, gérées et contrôlées par le « Crédit Municipal » auprès de chaque école. Elles ne suffisent pas à ces dernières pour tout assumer ; les écoles (pas toutes) font donc le choix de cette liste de fournitures à la charge des parents.

Par ailleurs, il existe une coopérative dans chaque école, les parents y cotisent, c'est non obligatoire, à raison de 20 euros en moyenne par an – cette coopérative sert à des activités diverses comme les sorties scolaires, les fêtes de fin d'année, … pas à l'achat de fournitures.

Si on respecte la constitution, si on suit la loi, la demande de participation des parents à l'achat de fournitures scolaires est anticonstitutionnelle et illégale.

En moyenne, son montant est d'environ 80 euros par enfant scolarisé. Pour sortir de l'illégalité, il faut donc que la municipalité accorde à chaque école 80 euros de plus pour chaque élève – à Metz, on compte presque 10 000 enfants scolarisés – le calcul est vite fait : il faut apporter un supplément de 800 000 euros au crédit municipal.

Impressionnant ???

Sachez que c'est la somme accordée en subvention au FC Metz.... un club de foot est-il plus utile, plus important, plus prioritaire que l'éducation des enfants ?

Les réactions sont vives, intéressées, même de la part de personnes n'ayant pas ou plus d'enfants d'âge scolaire.

On s'exclame, on s'étonne, on pose des questions, ... on parle de la Commune, de la loi Ferry, …. quelqu'un lance : « les devoirs à la maison aussi, c'est interdit, et pourtant.. », ….. on en arrive à échanger des souvenirs d'enfance.

Une des personnes présentes, ayant participé à des distributions de tracts sur le sujet devant des écoles, témoigne de la réticence de certains parents d'élèves, paradoxalement rarement parmi les plus aisés, craignant que cela soit assimilé à de l'assistanat. Il faut souvent répéter que c'est une loi républicaine et qu'elle est inconditionnelle, donc que tout le monde en profite, riches et moins riches. Quant à la réticence de certains enseignants, elle concerne surtout l'obligation de rendre des comptes pour tout achat sur le budget municipal ; le choix des fournitures de la liste assumée par les parents leur étant libre.

Et non, la gratuité n'entraîne pas de gaspillage ; quand un élève demande un stylo pour la troisième fois depuis la rentrée, on va lui demander de se responsabiliser et d'être plus attentif à ses affaires.

-------------------------------------------------------------------------------------------

IMPORTANT ! La pétition à signer et à faire signer :

https://www.change.org/p/dominique-gros-fournitures-scolaires-gratuites

--------------------------------------------------------------------------------------------

Nous passons à la deuxième partie du débat : les fermetures de classes (et de l'intérêt d'être actif et réactif).

Au début du mois d'avril dernier, un article sur le R.L. informe de la fermeture programmée de l'école dite « d'exception pédagogique » située près de Metz à Landonvillers ; école ayant pourtant bonne réputation et étant indispensable au rattrapage d'enfants en difficulté scolaire.

Cela titille l'intérêt de «veilleurs citoyens» qui, réactifs, «enquêtent».

Ils découvrent que d'autres fermetures de classes sont prévues ; au total 11 contre seulement 5 nouvelles, soit une « perte » de 6 classes.

Seulement trois fermetures provoquent une mobilisation de protestation de la part des parents d'élèves.

Au vu de ses résultats et de son indiscutable nécessité, la fermeture de Landonvillers, est la plus révoltante ; le directeur accepte de déménager car un des arguments est le coût élevé de l'entretien du bâtiment datant du 19ème siècle.

Une autre école est destinée à devenir une crèche (autrement dit on déshabille Pierre pour habiller Paul).

Est-ce du ressort de la municipalité ? Oui et non – Non, parce que c'est l'académie qui le décide ; oui, parce que la mairie peut plaider auprès de cette dernière et a bien des chances d'être entendue, si elle en a la volonté.

Parmi les raisons justifiant ces fermetures, figure le fait que le corps des remplaçants a bien diminué, ce qui perturbe le bon fonctionnement de certaines classes dont les professeurs sont de moins en moins remplacés en cas d'absence – à budget constant, l'EN préfère donc moins de professeurs pour plus de remplaçants.

Malgré les manifestations, les pétitions, une présence muette mais ostentatoire (avec panneaux brandis) à la réunion du conseil municipal, les décisions de fermetures sont votées par le dit conseil... une personne en faisant partie reconnaît bien qu'il ne s'agit que de faire des économies de budget (sur le dos de l'éducation (!!!)) mais elle votera « pour » quand même.

Quelqu'un souligne alors le désert éducatif dans les campagnes, un autre dit que les parents sont également, et souvent même d'abord, intéressés par le périscolaire, on reconnaît que, parfois, certaines fermetures sont justifiées par le trop petit nombre d'élèves, il est également fait mention d'une école située à Scy Chazelles dont un bâtiment est en donation sous la condition qu'il abrite une école (une « guéguerre » entre le haut et le bas de ce village a d'ailleurs eu lieu sur ce sujet).

Au final, un recours en justice a été déposé pour ce qui concerne l'école spécialisée et celle remplacée par une crèche car il y a eu, là, mobilisation argumentée et refus actif.

Affaires à suivre....

Les autres fermetures de classes ont été entérinées et n'ont plus soulevé la moindre contestation lors de la récente rentrée scolaire.

***************************************************************************************************************************

La séance se termine alors avec, comme d'habitude, appel ou rappel d'événements, de manifestations, réunions, …. pouvant intéresser le plus grand nombre.

Rendez-vous au prochain café-repaire !

Commenter cet article

miha 09/11/2015 17:38

12 octobre, lors de l'étape à Metz de la marche contre l'austérité, action pour la gratuité scolaire et contre la fermeture de classes :
http://www.films.vo2max.com.fr/29-basta_ecole_borny.php

Laura 13/10/2015 11:48

Merci d'avoir relayé cette pétition! Signé ;)

miha 13/10/2015 19:13

Merci à vous et pour ceux qui l'ont lancée.