Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog du café repaire de Metz

Idée initiale de Daniel Mermet dans son émission "là-bas si j'y suis", le café-repaire est un lieu de débat citoyen ; les participants, sur un thème donné, échangent des points de vue, des infos, des idées,... - - * * * * * - - À Metz, le rendez-vous est fixé chaque 6 du mois à 6 h (de l'A.M.), sauf si dimanche ou jour férié, au bar "Le Shannon", 19 avenue Robert Schuman - 1er étage, prendre sa consommation au bar. - - * * * * * - - Notre devise : "droit à la parole, devoir d'écoute" - - * * * * * - - VOUS ÊTES TOUS LES BIENVENUS !

Compte-rendu de l'atelier "Décryptage du langage médiatique et politique"

Publié le 8 Juin 2015 par leRepaire

Nous commençons en cherchant à nous souvenir de déclarations de politiques (même pas des promesses électorales) qui se sont avérées être des mensonges.

- Mitterrand a dit que le nuage radioactif de Tchernobyl n'avait jamais survolé la France (Les douaniers français sont les meilleurs du monde !!!)

- Sarkozy a dit que GDF ne serait jamais privatisé.

- Sarkozy, encore lui, a dit qu'il se retirerait de la politique s'il n'était pas réélu en 2012.

Le mensonge le plus énorme et ayant eu de graves conséquences reste peut-être celui des "armes massives de destruction" que les USA accusaient l'Irak de posséder. Tout le monde garde en mémoire l'image de Collin Powel, secrétaire d'état du gouvernement de G. Bush, président des USA, agitant, au conseil de l'ONU et devant un parterre de journalistes internationaux, une fiole d'un liquide soi-disant mortel (en réalité totalement inoffensif)

- la guerre des USA contre l'Irak a pu ainsi débuter sans que "l'opinion internationale" ne s'insurge ["opinion internationale" qui ne représente pratiquement que les USA et l'Union européenne...et non pas TOUS les pays du monde, il ne faut pas l'oublier]

Ces mensonges font partie de la manipulation des populations. Souvenons-nous également des reportages en continu lors des attentats de janvier. [voir "la stratégie du choc" de Naomi Klein]. Observons comment les chaînes d'info diffusent du vide chaque jour. Et, lorsque nous sommes directement concernés par un événement, nous constatons bien le fossé entre les faits et ce qui est rapporté par le ou les journalistes... comment ne pas douter ensuite de tout ce que les médias rapportent ?

Mais il y a bien d'autres formes de manipulations ; il en est une en particulier, c'est le langage employé et les mots choisis par les politiques ET les médias.

La novlangue, les fausses infos, l'histoire revisitée dont parle Orwell dans son livre "1984" existent bel et bien.

Exemple récent de novlangue (dans le genre "l'esclavage, c'est la liberté" ou "la guerre, c'est la paix"), le président MEDEF déclarait récemment que pour embaucher, il faut pouvoir licencier plus facilement (!!!)... et hop ! "vive le licenciement, car, c'est la lutte contre le chômage"...

"Mal nommer les choses, c'est ajouter aux malheurs du monde" - Albert Camus

Analyse des maux et des mots:

Chaque participant prend au hasard un petit papier sur lequel est inscrit un mot que nous allons analyser.

"grogne" - c'est le mot utilisé par les médias quand une catégorie de la population exprime son mécontentement. Pourquoi ce mot ? Les animaux grognent, les Hommes, eux, revendiquent ou protestent car ils ont un langage articulé. Ce mot péjoratif vise certaines personnes se sentant, à tort ou à raison (très souvent à raison), victimes d'injustice. Pensons-y.

"débat" - ce que les médias nomment "débat" n'est bien souvent qu'un spectacle où tout est fait pour alimenter la polémique plutôt que la réflexion. Nos débats citoyens sont plus enrichissants ; même si nos opinions peuvent parfois être différents; ils nous font réfléchir et mûrir.

"modernisation" - c'est le mot employé par les politiques quand on veut nous faire accepter une réforme qui, en réalité, et souvent, est une récession.

Il n'y a que les archaïques qui sont contre la modernisation, n'est-ce-pas ? Pourtant, beaucoup des réformes présentées comme une modernisation nous font petit à petit revenir au temps de Zola, sans protection sociale, sans code du travail protégeant les salariés des abus de certains patrons. Est-cela le progrès ?

"troubles sociaux" - cette expression rejoint le mot "grogne" vu précédemment ; "troubles" fait penser à "troubles publics" donc à une forme d'insécurité. Ceux qui revendiquent sont encore une fois présentés comme des trublions dérangeants, alors que leurs revendications sont très souvent fondées et légitimes. À bien y réfléchir, pourtant, n'est-ce-pas les mesures d'austérité prises par le gouvernement qui sont responsables de "troubles" et non les victimes qui protestent ? Actuellement, nous avons un gouvernement censé être "socialiste" et qui ne brille que dans le sociétal, le désigner comme étant un gouvernement "sociétaliste" serait plus près de la réalité.

"opinion publique" - fourre-tout qui permet d'influencer la population. Il suffit de voir et d'entendre, par exemple, les fameux "micro-trottoirs" : il est évident que ne sont diffusées pratiquement que les interviews abondant dans le sens voulu. Ainsi, les usagers sont toujours pris en otage lors d'une gréve, n'est-ce-pas ? Quant aux sondages, nous savons tous combien il faut nous en méfier. Tout dépend de la façon dont la question est posée et comment les résultats sont présentés. Ainsi, dernièrement, le journal "Le Monde" titrait "un sondage montre que plus de 23 % des Français se désintéressent de l'écologie"... pourquoi ne pas annoncer plutôt "près de 77% des Français s'intéressent à l'écologie ?" [L'écologie, la vraie, dérange trop souvent le "business". Il faut donc décourager, voire stigmatiser les personnes soucieuses d'écologie.]

"crispation" - fait penser à quelqu'un de coincé (mal baisé, dit quelqu'un) ; ce mot est dans la même catégorie que "grogne" ou "troubles sociaux", il est utilisé pour présenter une situation de conflit de façon défavorable aux protestataires, mais jamais aux grandes entreprises. Élise Lucet a lancé récemment une pétition pour protester contre une loi préservant "le secret des affaires" et qui empêcherait les journalistes d'investigation de faire leur travail... encore une loi favorable au business !!! Voici le lien de cette pétition :

www.change.orgpne-laissons-pas-les-entreprises-dicter-l-info-stop-directive-secret-des-affaires-tradesecrets

"corporatisme" - mot qui ramène au Moyen-Âge, les personnes faisant partie d'un corporatisme seraient donc des sectaires archaïques ? Il existe pourtant une corporation digne de respect "les compagnons du devoir".

"anti-américanisme" - ce mot suscite beaucoup de réactions. Il semblerait que l'on ne puisse critiquer les USA sans être traité d'anti-américanisme (primaire, évidemment) et cela empêche toute réflexion d'aller plus loin. Les élites sont pro-USA, les gros patrons, les politiques de tous bords (ou presque), les médias dans leur grande majorité. Quelqu'un cite une phrase d'un journaliste (?) : "les USA sont plus près du futur que nous" !!!!

Ceux qui osent aller à contre-courant sont marginalisés, considérés comme des ringards. La culture des USA envahit tout (cinéma, séries télévisées, concepts d'émission de télé,...). Il existe notamment, déclare quelqu'un, une émission sur France Culture intitulée "soft-power", une chaîne publique française n'a donc rien trouvé de mieux ? Les mots anglophones colonisent notre vocabulaire. Or, l'anglais américain est la langue des affaires, de la finance, la langue du "maître", donc. Difficile de lutter contre cet état de fait tellement il est prégnant. En être conscient est déjà important, car la langue influence l'esprit et vice-versa.

Goebbels, maître en matière de propagande, a dit : "nous ne voulons pas convaincre les gens de nos idées, nous voulons réduire le vocabulaire de telle façon qu'ils ne puissent exprimer QUE nos idées"

Anti-américanisme, complotisme, anti-sémitisme sont bien souvent des prétextes pour faire taire critiques et contestations dérangeantes pour l'oligarchie.

Ces mots ont été piocher sur les sites :

http://www.acrimed.org/article684.html

http://www.scoplepave.org/archives/ledico/

http://www.scoplepave.org/dictionnaire-de-la-langue-de-bois-98


Que faire pour lutter contre la manipulation ?

Voir des complots partout ou n'en voir nulle part sont deux façons équivalentes de se laisser manipuler et influencer.

Nous avons internet pour nous informer autrement. Il faut bien entendu être prudent selon les sources d'information ; les recouper ; les contextualiser ;

vérifier sur un site signalant les "hoax" (fausses infos) ; cherche un juste équilibre entre "anti" et "pro". Cela prend du temps, c'est vrai.

Il existe également des médias citoyens et alternatifs (sites internet, journaux, JT, ...). Tâchons de les privilégier.

Voici un lien vers un de ces médias :

http://www.revue21.fr/

http://www.acontrecourant.org/

http://www.acrimed.org/

http://www.arterroriste.eu/

Et un JT alternatif : http://www.alterjt.tv/

Faire l'info nous-même. L'info la plus utile vient du peuple vers le peuple. Nous avons chacun des connaissances, dans des domaines très variés, partageons-les du mieux possible.

Dernière question avant de lever la séance :

Pourquoi les élites nous trahissent-elles ainsi ? Il y a plusieurs réponses : par incompétence, par conflit d'intérêts, par corruption, par servilité envers le pouvoir de la finance, par opportunisme, par carriérisme, ....

Et le débat s'est terminé, comme d'habitude, par des annonces de conférences, débats, manifestations diverses à noter dans les agendas de chacun.

Rendez-vous au prochain café-repaire !

PETITE BIBLIOGRAPHIE SUR LES MOTS … pour continuer

La novlangue néo-libérale. La rhétorique du fétichisme capitaliste. Alain BIHR. Editions Page deux, collection «Cahiers libres». 2007

Cent mots pour résister aux sortilèges du management. Gérard LAYOLLE. Editions seuil, collection «les empêcheurs de penser en rond" 2008

Le nouvel esprit du capitalisme. Luc Boltanski et Eve Chiapello. Gallimard. 1999

Les nouveaux chiens de garde. Serge Halimi. Raisons d’agir. 1997

Les évangélistes du marché. Keith Dixon. 1998

Les nouveaux mots du pouvoir. Abécédaire critique. Sous la direction de Pascal Durand. Editions Atlan. 2007

Le pouvoir des mots. Politique du performatif. Judith Butler. Editions Amsterdam. 2004

La barbarie douce. La modernisation aveugle des entreprises et de l’école. Jean-Pierre Le Goff. La Découverte. 1999

LQR. La propagande au quotidien. Eric Hazan. Raisons d’agir. 2006.Pas de pitié pour les gueux. Sur les théories économiques du chômage. Laurent Cordonnier. Liber. 2000 Les Econoclastes. Petit bréviaire des idées reçues en économie. La Découverte. 2003

Petit abécédaire de mots détournés. Nicole Malinconi. Editions Grand espace nord (Belgique). 2008
Mots à maux. Dictionnaire de la lepénisation des esprits. Pierre Tévaian - Sylvie Tissot. Editions Dagorno. 1991

1984. George Orwell et Amélie Audiberti. Gallimard. 1950.
Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits. Christian Salmon. La Découverte. 2007
Petit lexique de la langue de bois. De quelques concepts et faux repères. Thérèse Mercury. L’Harmattan. 2000
Les mots. Jean-Paul Sartre. Gallimard. Poche. 1ère édition Gallimard 1964.
Le dictionnaire des mots rares et précieux. Editions 10/18. 2005

Quelques premiers ouvrages où il est explicitement question du langage

ABICA Georges / Démocratie et Révolution. Sur la colonisation des esprits par le langage et les concepts économiques.
Alain BIHR : La novlangue Néolibérale. La réthorique du fétichisme capitaliste. Editions Page deux.
Keith Dixon : Les évangélistes du marché. Liber Raisons d'agir.
Pascal DURAND (sous la direction). Les nouveaux mots du pouvoir : Abécédaire critique. 2ditions Arden.
GORZ André / Misère du présent, richesse du possible.
MARIS Bernard / Anti-manuel d'économie. Bréal 2003.
HAZAN Eric. / LQR / Liber. Raisons d'Agir. 2007
GERARD LAYOLLE : "100 mots pour résister aux sortilèges du management " (édition les empêcheurs de penser en rond -2005)
Jean Pierre le Goff : La barbarie douce, La modernisation aveugle des entreprises et de l'école. La Découverte.
Bernard Gélinas : Décortiquer les mots du pouvoir. "Dictionnaire critique de la globalisation" Les mots du pouvoir, le pouvoir des mots.
Ed ecosociété , fevrier 2008.
Georges Orwell / 1984
Alain BROSSAT : Le grand dégoût culturel/ Paris. Seuil. 2008

http://www.scoplepave.org/archives/ledico/fiches%20de%20lecture/fiches%20de%20lecture.htm

Commenter cet article