Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog du café repaire de Metz

Idée initiale de Daniel Mermet dans son émission "là-bas si j'y suis", le café-repaire est un lieu de débat citoyen ; les participants, sur un thème donné, échangent des points de vue, des infos, des idées,... - - * * * * * - - À Metz, le rendez-vous est fixé chaque 6 du mois à 6 h (de l'A.M.), sauf si dimanche ou jour férié, au bar "Le Shannon", 19 avenue Robert Schuman - 1er étage, prendre sa consommation au bar. - - * * * * * - - Notre devise : "droit à la parole, devoir d'écoute" - - * * * * * - - VOUS ÊTES TOUS LES BIENVENUS !

L'enfouissement des déchets nucléaire : de Carlsbad à Bure

Publié le 24 Décembre 2014 par leRepaire

L'enfouissement des déchets nucléaire : de Carlsbad à Bure

L'enfouissement des déchets nucléaire :
de Carlsbad à Bu
re

Débat en présence de membres du collectif Bure Zone Libre

(des)Ordre du jour :

1) Récapitulatif des accidents du nucléaire au niveau international

2) Situation en France

3) Situation à Bure

4) La campagne Bure 365 : on passe à l'action !

5) Agenda

1) Récapitulatif des accidents du nucléaire au niveau international

  • WIPP (Carlsbad, ÉTATS-UNIS)

Le 14 février dernier, après seulement 15 ans de fonctionnement, survient ce que le Ministère américain de l'énergie (DOE) a qualifié « d'incident », un doux euphémisme au regard de la gravité de la situation.

Que s'est-il passé ?

Tout d'abord, le 5 février, un incendie survient au centre d'enfouissement de déchets nucléaire du WIPP (à coté de Carlsbad, Nouveau-Mexique) : un camion utilisé pour l'évacuation du sel prend feu. 9 jour plus tard, un taux extrêmement important de radioactivité est détecté par les filtres dont les ventilateurs du site de stockage sont équipés, radioactivité émise par du plutonium et de l'americium, parmi les déchets les plus dangereux. Ces déchets proviennent d'un laboratoire de Los Alamos qui travaillait et travaille encore sur l'armement nucléaire.

Problème supplémentaire : Autour du WIPP, de nombreux puits d'extraction de gaz de schiste ont étés forés accentuant les risques de fuites de radiation par le sol.

« Silence assourdissant »

Le plus inquiétant reste encore le silence médiatique : la cause de l'accident est encore inconnue ou du moins non communiquée ... La nouvelle n'a été relayée par le gouvernement américain que 9 jours après la catastrophe ! Très peu d'informations filtrent aux États-Unis, encore moins sont relayées en France.

Le problème pourrait venir de la composition du nouvel absorbant utilisé pour isoler les déchets de l'humidité. L'absorbant, acheté à une usine de litière pour chat, compterait dans sa composition des matières organiques qui auraient pu avoir une réaction chimique au contact des sels de nitrate entraînant la surchauffe des déchets.

On parle aussi de l'écroulement du toit d'une alvéole de stockage.

Des sources indiquent qu'il est assez probable que d'autres fûts soient touchés par l'incendie. De plus, la surchauffe des déchets nucléaires occasionnant un dégagement d'hydrogène, un risque d'explosion existe.

Bilan

Bilan : 500 emplois disparus, au moins 29 salariés irradiés.

Suite à ces « incidents », le site du WIPP a été fermé. Des solutions sont envisagées pour faire face à la catastrophe mais il semble que celle qui soit la plus populaire consiste tout simplement à murer le site ! Un aveu de l'incapacité totale du gouvernement et des experts dans le domaine du nucléaire à gérer cette crise.

  • Réserves indiennes et stockage nucléaire (ETATS-UNIS)

Après avoir ruiné les indiens, les avoir parqués dans des réserves et empoisonnés à l'alcool, avoir lancé des plans de stérilisation massive, les américains ont finalement trouvé une utilités aux réserves : y installer les sites d'enfouissement de déchets nucléaire.

Ainsi, à partir de 1980, de nombreuses propositions sont faites aux tribus, propositions parfois difficiles à rejeter étant donné leur précarité. C'est par exemple le cas de la centrale de Prairie Island.

  • Fukushima (JAPON)

On retrouve des éléments radioactifs jusqu'en Californie. Toute l'eau de refroidissement, contaminée, est actuellement rejetée à la mer. Le gouvernement japonais a avalisé le projet de construction d'un mur de glace souterrain pour stopper la contamination : 1,5 km de canalisations glacées pour la modique somme de 245 millions d'euros.

Un journal belge a relayé récemment l'information : le mur de glace ne prend pas !

Quelles actualités aujourd'hui ? Le progrès en matière de rentabilité ne s'arrête pas : le gouvernement et les responsables de la centrale ont trouvé une idée brillante pour baisser le prix des indemnités à verser aux habitants de la régiond e Fukushima suite à la catastrophe ; ils les font revenir car plus vite ils reviendront sur le site, plus ils emmagasineront de radiations et donc vite succomberont de maladies et moins on payera d'indemnisations !

La visite récente du 1er ministre japonais aurait eu pour but d'obtenir une plus grande souplesse dans les taux de radiation acceptés dans les produits d'importation.

  • Muckati Station (Muckati, AUSTRALIE)

Bien que l''Australie ne produise pas d'énergie nucléaire elle avait un un projet de site d'enfouissement énorme destiné à recueillir les déchets nucléaires des pays producteurs … Une grande poubelle mondiale !

Le projet à été annulé suite à une lutte menée par 4 clans aborigènes. En effet, le site visé est un important site d'initiation masculine aborigène.

2) Situation en France

ENFOUISSEMENT DES DECHETS

  • StocaMine (Wittelsheim, Alsace, FRANCE)

StocaMine est un site d'enfouissement de déchets ultimes, déchets industriels de « classe 0 » et de « classe 1 » ; à comprendre déchets particulièrement dangereux ou « juste » dangereux : déchets cyanurés, arséniés, chromiques, mercuriels ou amiantés et de résidus de galvanisation et du traitement de fumées d'incinération.

Ouvert en 1999, il est fermé depuis 2002 suite a un incendie causé par un manque de sécurité : 472 big bags contenant des engrais et du soufre avaient étés entreposés sans autorisation. L'incendie aura nécessité trois jours d'intervention et l'évacuation des émanations toxiques, 3 mois.

Bilan

74 mineurs sont intoxiqués, le PDG de l'époque est condamné à quatre mois de prison avec sursis, et StocaMine à 50 000 euros d'amende. Elle ne s'en relèvera pas : le centre, qui n'a jamais été rentable, ferme ses portes en 2003, emportant avec lui les MDPA. Il n'aura embauché que 24 personnes.

Le gouvernement et les autorités compétentes en la matière travaillent encore sur le choix de scénario de fermeture définitive du centre, c’est-à-dire le destockage total ou non. Selon Valls, il devrait être statué "avant la fin du mois de juillet 2014".

Le plus inquiétant c'est de voir que les consignes de sécurité n'ont pas évolué depuis l'après-guerre …

NUCLEAIRE

  • EPR de Flamanville (Flamanville, Manche)

Le chantier d'installation d'un réacteur EPR à Flamanville s'annonce mal … Des problèmes majeurs de construction sont relevés par l'Autorité de Sûreté du Nucléaire (ASN) : non conformité des ferraillages, incohérence entre les plans d’armatures et les plans de méthode, défauts de surveillance de positionnement de platine, modification de la cinétique de bétonnage, etc. Beaucoup de ces problèmes seraient localisés dans le bassin destiné à recevoir le combustible.

  • Déraillement d'un transport de déchet nucléaire (Drancy, Seine-Saint-Denis)

Un wagon de transport de déchets nucléaire (CASTOR) à destination de Valognes (Manche) à déraillé le 23 décembre 2013 à Drancy. Il n'y a pas de fuite radioactive déclarée.

3) Situation à Bure (Meuse)

A Bure, le projet d'installation d'un site d'enfouissement de déchets nucléaires se poursuit.

Ce projet est le même que celui de Carlsbad, même technique : on construit des alvéoles et on enfoui au fur et à mesure. Même technique, même fiabilité ?

Pour entrer dans les normes en vigueurs, Cigeo devait sonder l'avis des habitants quant au projet. Malgré un boycott massif de ce sondage, le bilan mentionne un avis mitigé sur l'implantation mais une volonté de voir le fonctionnement sur une usine test.

On se demande alors comment pourrait raisonnablement croire qu'après avoir investit tant d'argent dans une usine test Cigeo serait capable d'accepter d'annuler le projet au cas où le test ne serait concluant…

Lorsqu'on vérifie les cahiers d'acteurs, on se rend compte qu'un avis sur 1500 témoigne de cette idée et encore, c'est une association qui ne fait que citer l'ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire). De plus, c'est la première fois que pour une même consultation une personne peut faire plusieurs contributions au cahier d'acteur.

Enfin, la moitié du CPDP (Comité Particulière de Débat Publique) n'a pas validé le rapport.

C'est louche …

Presque autant que le rapport d'étude géologique chargé de déterminer lequel des trois sites initialement sélectionnés pour le projet était le plus propice en fonction des propriété de son sol.

Il faut en plus noté que les sites ont été sélectionnés sur la base d'un potentiel géothermique faible, ce qui évitait que quiconque ne veuille faire un forage dans des milliers d'années lorsqu'on aurait perdu l'emplacement du site ( ! ). Il se trouve que ça aussi, c'est faux.

Le point commun entre ces trois sites ? La faible densité de population ! S'il n'y a personne, il n'y a personne pour protester ! Mais pas de chance, dans les deux autres régions, la mobilisation a été telle que les relevés destinés à évaluer le potentiel géologique n'ont pas pu être faits … Étrange dans ce cas qu'un rapport conclue sur un plus grand potentiel à Bure.

ça rappelle Plogoff ...

être contre oui … mais comment faire ?

Les avis sont assez tranchés : mettre où c'est déjà contaminé, pulvériser les déchets nucléaires ? … Une chose est sure, nous ne sommes pas ingénieurs dans le domaine et nous n'allons pas trouver de solution miracle.

Peut-être allons devoir vivre avec ce problème jusqu'au bout, il semble que ce n'est pas à nous de le gérer.

Au niveau individuel, diffuser l'information, se mobiliser dans des luttes semblables, consommer des énergies vertes (Enercoop par exemple) est une bonne base.

C'est sûrement parce qu'il n'y a pas de réelle solution et qu'ils ne se sentent pas encore directement concernés qu'on arrive pas à bouger les gens.

Pourtant, d'un point de vue économique, le prix de l'électricité du nucléaire n'est pas réaliste puisqu'il ne comprend pas l'assurance, les investissement, la gestion des catastrophes … contrairement aux autres entreprises.

4) Bure 365

Rassemblement de gens de tous poils unis contre le nucléaire et son monde, l'enfouissement etc. 1 an d'action, au niveau national et international. Le but : sensibiliser au problème de la poursuite du nucléaire, pas de proposition d'alternatives, une seule option : l'arrêt du nucléaire !

Les groupes s'emparent de cet appel de différentes manières : manifestation, tractage, désobéissance civile, sabotages, etc.

Pour plus d'info : http://nocigeo.noblogs.org/actions-bure-365/

nocigeo@riseup.net

Lancement en juin : 150 personnes. Diffusion d'une radio pirate, jeté d’œufs, marche collective… Le tout dans une ambiance conviviale et c'est un objectif !

à Rennes : tags ; à Paris : SFEN repeinte ; à Toulouse : ERDF et CEA attaqués à la peinture ; à Châlon : clown

Que faire ? Violence ? Attaque ? Info ? Sensibilisation ?

A Metz, proposition de banderole sur le pont de l'autoroute à l'entrée de Metz centre, sensibilisation avec tractage en musique sur le marché, interruption du tour de France, attaque du CG (le « pacte lorrain » concerne aussi Cigéo), action visant la centrale de bléno, Déchethon : Donner de l'argent pour financer la grosse poubelle

Pour aller plus loin :

sur le WIPP

https://www.youtube.com/watch?v=DHHSCjQ2dyc

http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2014/05/25/USA-%3A-une-catastrophe-nucl%C3%A9aire-en-cours-%C3%A0-655-m%C3%A8tres-sous-terre-au-centre-de-stockage-de-d%C3%A9chets-radioactifs-WIPP

Sur les réserves indiennes

http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/03/usa-american-indian-movement.html

Fukushima le mure de glace

http://www.7sur7.be/7s7/fr/2765/Environnement/article/detail/1920391/2014/06/17/Le-mur-de-glace-ne-prend-pas-a-la-centrale-de-Fukushima.dhtml

A lire : La bande dessinée Village Toxique.

Commenter cet article