Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog du café repaire de Metz

Idée initiale de Daniel Mermet dans son émission "là-bas si j'y suis", le café-repaire est un lieu de débat citoyen ; les participants, sur un thème donné, échangent des points de vue, des infos, des idées,... - - * * * * * - - À Metz, le rendez-vous est fixé chaque 6 du mois à 6 h (de l'A.M.), sauf si dimanche ou jour férié, au bar "Le Shannon", 19 avenue Robert Schuman - 1er étage, prendre sa consommation au bar. - - * * * * * - - Notre devise : "droit à la parole, devoir d'écoute" - - * * * * * - - VOUS ÊTES TOUS LES BIENVENUS !

Ils veulent inonder une Zone Humide Protégée !

Publié le 26 Décembre 2014 par leRepaire

Ils veulent inonder une Zone Humide Protégée !

Ils veulent inonder une Zone Humide Protégée !

Le projet de « retenue SIVENS » se situe dans le Nord-Ouest du Tarn (commune de Lisle sur Tarn, 10 km environ de Gaillac), sur la partie sauvage et préservée de la rivière Tescou.
Le barrage serait construit le long de la forêt de Sivens, en aval du lieu-dit de Barat, sur des Espaces Boisés Classés (EBC) et dans la zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). 29 ha, soit 60% de l'emprise d'acquisition de la retenue (48 ha), sont boisés (friches, peupleraies, vergers de résineux, taillis...).
Il ennoierait la zone humide du Testet, dernière zone humide d’importance du bassin versant du Tescou, qualifiée par la DREAL comme faisant « partie des zones humides majeures du département du point de vue de la biodiversité ».
D’une capacité établie à 1,5 Millions de m3, ses mesures approximatives seraient : 1,5 Km de longueur, 230 m de large, 48 ha de surface d’emprise du projet, environ 4 m de profondeur à plein. La hauteur du mur au-dessus du terrain naturel serait de 12,8 m.
Le Tescou, prend sa source à Castelnau de Montmiral, affluent de la rive droite du Tarn, long de 51 Km, il s’y jette au niveau de Montauban.
Sur le bassin versant existent déjà 185 retenues collinaires stockant 5,1 Millions de m3 et interceptant 1/3 des cours d'eau rejoignant le Tescou, sans compter les interruptions, les trous dans le Tescou pour pompage et les seuils qui stoppent l'eau (sur 1 km au pont de Mongaillard) : l'amont n'a aucun souci de l'aval.
Ce projet, datant d’environ 40 ans, est porté par le Conseil Général du Tarn, maître d’ouvrage, et par son maître d’ouvrage délégué, la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG).

Le soutien au débit d’étiage du Tescou est l’objectif prétendu d'intérêt général :
- 30 % du volume de la retenue pour le soutien au débit d’étiage (pour la dilution des pollutions).
- Le reste, 70 %, est destiné à l’irrigation de 309 ha.
Le projet serait financé à 100 % par des fonds publics (8 400 000 €HT pour l’investissement). Les financeurs prévus sont le maître d'ouvrage (le Conseil Général du Tarn pour 10%, le CG de Tarn-et-Garonne 10% également), l’Agence de l'Eau Adour-Garonne (50%) et l’Europe (30% via les fonds FEADER).

www.collectif-testet.org

Les chiens de la défunte République

    Il y a quelque chose de pourri au royaume de France. Quelque chose d’odieux qui monte insidieusement. Quelque chose de malsain qui ressemble au fascisme sans en endosser le nom. L’autoritarisme d’une meute de mâles dominants. Arc-boutés sur leurs mensonges, phagocytés par leurs trahisons et leur coercition d’éternels «  obligés  ».
Il y a quelque chose de pourri au royaume de France quand, pendant trois ans, un collectif de sauvegarde demande la discussion sur le sujet controversé d’un projet de barrage qui pue la magouille, sans jamais obtenir la moindre audience.
    Quelque chose de pourri quand, au royaume de France, un conseil général flanqué de l’État décrète le lancement de travaux alors que des décisions de justice sont en instance. Pourri quand ces institutions continuent d’ignorer l’appel de citoyens éclairés dont les démonstrations seront confirmés, trois ans plus tard, après l’étude qu’une ministre aura enfin diligentée.
    Quelque chose de pourri au royaume de France quand les ordres sont donnés à des escouades de gendarmes, CRS, sections d’intervention, de gazer, d’humilier, de tabasser des opposant.es en nombre systématiquement inférieur, ni équipé.es ni entraîné.es, si peu protégé.es, évitant l'asphyxie à la lacrymo en protégeant leur visage d'une écharpe, d'une cagoule.
    Quelque chose de pourri quand des hommes qui mettent leur vie en danger en se privant des jours durant de nourriture, pour être enfin écoutés, sont moqués par le président du conseil général qui les tient à distance médiatique.
    Quelque chose de pourri quand, alors que le mouvement d’opposition perdure et se renforce, le même président use d’argent public pour le diffamer massivement, à l’aide de communiqués et de publi-reportages qui évitent systématiquement les questions de fond.
    Quelque chose de pourri quand, probablement renseigné sur l’ampleur du rassemblement national du 25 octobre, l’État-conseil général organise la discorde en laissant sur le site, d’abord du matériel de travaux, puis des gardes mobiles, alors qu’il en avait été convenu autrement.
    Quelque chose d’ignoble, dès le lendemain de l’assassinat de Rémi, quand, au fil des dépêches matinales se profile le camouflage d’une «  bavure  » policière. Pourri quand on essaie de faire passer un mort pour un criminel, répandant le doute et la rumeur pour tenter de couvrir un dossier véreux, des agissements hors-la-loi, des violences avec usage d’armes non réglementaire répété sans fin.
Il y a quelque chose d’indécent au royaume de France quand le meurtre d’un étudiant vient réveiller les consciences, attiser la haine contre les opposants, attirer enfin massivement les médias.
    Quelque chose de scandaleux quand le mouvement des opposants est accusé de tous les maux, alors qu’il manifeste sa colère et dénonce les violences policières. Quelque chose du deux-poids deux-mesures quand les agriculteurs en colère saccagent Albi et que des protecteurs de la planète dénoncent l’arbitraire à Gaillac - deux villes tarnaises.

    Il y a quelque chose de d’ignoble au royaume de France, quand un chef de l’État, un gouvernement tout entier tombent dans l’aphasie, omettent de transmettre condoléances et signes d’empathie aux parents d’une jeune homme tué à 21 ans.
    Quelque chose de pourri au royaume de France quand un politique en délicatesse avec la justice aboie à la vindicte et se trompe sciemment de coupables. Quand d’autres rejettent la faute sur une femme courageuse qui a, elle, visité le site du barrage de Sivens, discuté avec les opposants, constaté les dégâts et les outrages, dénoncé l’absurde  : merci Madame  !
    Quelque chose de pourri au royaume de France quand le président Carcenac ironise, face caméra, grossier et indécent, sur le fait qu’il est bête de mourir pour ses convictions, vraiment.
Il y a quelque chose de pourri quand au lieu d’étudier les dossiers pour se faire une opinion, de fouiller le net pour y étudier des images, des reportages, d’aucuns prennent position sur un sujet qu’ils ignorent, pensant asséner leur leçon comme la seule qui vaille. Pourri quand, au lieu de s’exprimer sur le fond, ils réagissent sans réfléchir, évitant de considérer le sujet de l’utilisation de l’argent public, de la construction de grands projets inutiles, des conflits d’intérêt, du mirage de la transition énergétique dont on parle à tout va sans jamais l’instaurer. Quand, suivant le mode politique en vogue, ils grognent, ils dénigrent, ne sachant pas de quoi ils parlent.

    Il y a quelque chose de pourri au royaume de France quand les chiens aboient en meute pour couvrir l’ordure d’un système parfaitement inacceptable.
Pour Rémi.


28 octobre 2014 |   Par Hélène Duffau

Commenter cet article